Les indicateurs consolidés

Vous êtes ici

Accueil | Les indicateurs | Les indicateurs consolidés

Issus d'études initiées et/ou réalisées par l'Observatoire des métiers afin d'analyser les évolutions des emplois et des formations nécessaires à l'adaptation, l'évolution des salariés et à leur maintien dans l'emploi.

 

 

Besoins en main d'oeuvre, étude réalisée en 2017 par Pôle emploi et le Crédoc.
57 860 intentions de recrutement dans le secteur du commerce de gros et international, tels sont les résultats de l’enquête Besoins en Main-d’œuvre 2017.
Les ¾ de ces prévisions d’embauche concernent les PME employant moins de 50 salariés.
A souligner également : les difficultés de recrutement exprimées par les employeurs augmentent de 5,2 points pour atteindre 37,2 %.

 

 

 

Les projets de recrutement pour 2017 sont en hausse dans le commerce interentreprises. 20% des établissements prévoient d’embaucher au moins un salarié cette année. Cette amélioration prévue du marché de l’emploi devrait particulièrement profiter aux effectifs « ingénieurs et cadres », pour lesquels les entreprises sont plus optimistes. L’année dernière, le secteur avait créé 730 nouveaux postes cadres (recrutements + promotions – sorties). 

Certains types de cadres sont plus prisés, comme précisé dans ce baromètre. Consulter le Baromètre APEC/INTERGROS : le marché de l'emploi cadre dans le commerce interentreprises – Mai 2017

 

 

Le commerce de gros et international emploie une part de cadres supérieure à celle constatée au niveau national : 22% de ses effectifs le sont, contre 17,5% des salariés au niveau national* (*Source : INSEE). La transparence, des offres particulièrement efficaces et des candidats triés sur le volet sont quelques-unes des spécificités du recrutement dans le commerce de gros et international.

Consulter le Baromètre APEC/INTERGROS : les pratiques de recrutement dans le commerce interentreprises – Décembre 2016

 

 

 

Besoins en main d'oeuvre, étude réalisée en 2016 par Pôle emploi et le Crédoc.
53 926 intentions de recrutement dans le secteur du commerce de gros et international, tels sont les résultats de l’enquête Besoins en Main-d’œuvre 2016.
Les ¾ de ces prévisions d’embauche concernent les PME employant moins de 50 salariés.
A souligner également : les difficultés de recrutement exprimées par les employeurs reculent de 2,2 points pour atteindre 32 %.

 

 

 

 

 

Contrat de professionnalisation, enquête menée en 2014 par le Fonds Paritaire de Sécurisation des Parcours Professionnels.
Cette enquête d’envergure nationale évalue l’efficacité du contrat de professionnalisation dans l’insertion dans l’emploi, 6 mois après la fin du contrat et propose des indicateurs sur la qualité du parcours en alternance.
93% des répondants se déclarent globalement satisfaits de leur contrat de professionnalisation et 62 % sont en emploi 6 mois après la fin du contrat.
A noter également : 70% des répondants affirment avoir fait un contrat de professionnalisation pour acquérir de l’expérience.

 

  • Les recrutements en contrat de professionnalisation dans les entreprises du commerce de gros et international, étude réalisée en  2012 par l'Observatoire des métiers.
    Cette étude s’appuie sur des données de l’OPCA sur la période 2007-2011 ainsi que sur une enquête quantitative menée auprès des entreprises de moins de 20 salariés. Elle a révélé que les entreprises circonscrivent trop souvent ce dispositif de formation à des profils jeunes préparant un diplôme dans le domaine commercial. Elle confirme ainsi le faible recours au contrat de professionnalisation pour les métiers de la logistique qui représentent 35% des emplois du commerce de gros et international. Alors que 3 des métiers les plus recherchés en 2013 sont des métiers du Transport-Logistique-Manutention, seulement 4% des contrats de professionnalisation signés sont en lien avec cette fonction (source : enquête sur les Besoins en main d’oeuvre).

 

  • Pratiques et besoins en formation dans les TPE, étude réalisée en 2009 par l'Observatoire des métiers.
    Cette enquête porte sur les entreprises qui ont versé leurs contributions formation depuis 3 ans auprès de leur OPCA sans avoir fait de demande de financement. Réalisée en partenariat avec l’Observatoire prospectif des métiers et des qualifications, elle a permis d’analyser les pratiques en formation dans ces entreprises et d’évaluer leurs besoins en la matière. Pour information, en 2008, les branches du commerce interentreprises comptaient un peu plus de 32 000 TPE avec environ 110 100 salariés. De manière stable depuis 2006, plus d’1 TPE du commerce de gros et international sur 5 investit en formation et 1 salarié sur 6 est formé (source OPCA).